Quand le village du Puiset fait la une des livres d’histoire

Par eurelien.fr
//  Publié le
26-10-2014
//  Mis à jour le 24-10-2014
Temps de lecture : 15 min
le-puiset-eure-et-loir-motte-feodale-fortifications-village

Au cœur de la Beauce, la paisible petite commune du Puiset a été le théâtre d’un épisode célèbre de l’histoire de France qui opposa le roi Louis VI le Gros (1108 - 1137) au seigneur du lieu, Hugues III du Puiset.

ATTENTION : cet article a plus de 5 ans et pourrait ne plus être d’actualité

Suger, abbé de Saint-Denis (1122-1151), auteur d’une vie de Louis VI, a décrit la principale phase des batailles et explique comment ce dernier a dû s’y prendre à trois fois pour venir à bout de ce seigneur turbulent.

Hugues du Puiset, « scélérat, riche seulement de sa propre tyrannie et de celle de ses ancêtres, gonflé d’orgueil parce qu’il avait impunément opprimé de pauvres églises et cruellement traité des monastères, s’attaqua à la très noble comtesse de Chartres et à son fils Thibaud, ravageant leur terre jusqu’à Chartres, la livrant au pillage et à l’incendie »

Châtier le seigneur félon

Le comte Thibaud et sa mère Adèle vinrent réclamer l’aide du roi, qui, ému, parce que « les églises avaient été opprimées, les pauvres soumis à des pillages, les veuves et les pupilles victimes de vexations », décide de ramener l’ordre et de châtier ce seigneur félon qui menace Chartres. En outre, le roi pouvait difficilement supporter la présence de ce seigneur indiscipliné sur le territoire de la monarchie capétienne qui se concentrait entre Paris et Orléans. L’intervention du roi servait donc ses propres intérêts.

Avant de lancer l’offensive, le roi fit d’abord fortifier Toury qui devint une base opérationnelle pour les troupes royales. Au printemps 1111, il lança son « ost » à l’assaut du château du Puiset. Alors que la bataille faisait rage, Suger raconte comment « Dieu suscita l’héroïsme d’un prêtre chauve » qui, protégé d’une planche toute simple, gravit les fossés et ouvrit une brèche dans la palissade par laquelle s’engagèrent les soldats du roi. Au même moment, le reste des troupes royales forçait la porte sud-est des fortifications. Encerclé et blessé, Hugues III et ses hommes se rendirent. Le félon fut jeté dans les prisons de Château-Landon et le château fut détruit.

le-pretre-chauve-manuel-dhistoire-ancienDeux fois, Le Puiset résista encore au roi

Hugues fut finalement libéré moyennant la promesse de renoncer à ses exactions et à ne pas reconstruire son château sans l’autorisation du roi. Or, à peine revenu au Puiset, il trahit sa parole, entreprit la reconstruction du château et s’allia aux ennemis du royaume à savoir le roi d’Angleterre, Henri Ier, et le comte Thibaud de Chartres. Mais le roi intervint avant l’achèvement des travaux, et en 1112, assiégea une nouvelle fois le château. Après une série de rebondissements laissant l’issue de la victoire incertaine, affamé et blessé, Hugues se rendit à nouveau. Le roi fit raser le château, abattre les murs et crever le puits.

Hugues, « rentré en grâce auprès du roi à forces d’otages et de serments, reprit le cours de ses tromperies et de ses révoltes ». Le roi dû intervenir une dernière fois en 1118. Après cette défaite, Hugues partit pour la Terre Sainte où il mourut.

L’histoire en image

Aujourd’hui oubliés, les épisodes des guerres du Puiset ont longtemps symbolisé, dans les livres d’histoire et les manuels scolaires, la lutte des capétiens contre les seigneurs pillards de l’Ile-de-France. Le nom du Puiset était associé à une des étapes importantes de la formation du royaume de France. Le Puiset était souvent indiqué, auprès de Paris et Orléans sur les Atlas historiques de la France au XIIe siècle. Certains  se souviendront de ces illustrations qui représentaient un prêtre chauve démolissant une palissade. Les auteurs  de ces ouvrages, qui manquaient d’informations, ont complètement réinventé le château du Puiset ce qui donne lieu  à  des scènes étonnantes.

ilustration-du-puiset-eure-et-loirUn château de bois…

Le château du Puiset était une construction en bois et en terre qui préfigure nos premiers châteaux forts en pierre (Nogent-le-Rotrou, Châteaudun,…). On désigne ce type de fortification sous le terme de motte castrale ou château à motte parce qu’il était composé d’un cône de terre artificiel qui pouvait s’élever jusqu’à 20 mètres de haut. Le château proprement dit était composé de deux espaces distincts : une tour en bois perchée sur la motte et la basse-cour. Elles étaient toutes les deux entourées de fossés et de palissades. En général, la basse-cour recevait la demeure du seigneur, la chapelle et les dépendances (dortoirs, salle de gardes, écuries, réserves). La tour offrait une position dominante sur le paysage alentour. Ce système de fortification original s’est développé dans tout l’Occident entre le Xe et le XIIe siècle parce qu’il était facile à édifier et peu coûteux, dans un contexte où la population était corvéable à merci. Les deux mottes du Puiset, en très bon état, restent aujourd’hui d’exceptionnels vestiges archéologiques.

L’espace muséal des seigneurs du Puiset

Le Puiset figure à plus d’un titre parmi les sites historiques exceptionnels : des vestiges archéologiques importants, une documentation abondante, la portée historique du fait d’arme. Pour le valoriser, la commune, à l’initiative de son maire, Martial  Chevallier, a créé un espace muséal jouxté à la mairie qui rapporte dans le détail le déroulement des batailles, explique leur contexte et reconstitue, dans un univers illustré, le château tel qu’il aurait pu être. Le musée propose, aussi,  une visite adaptée aux enfants pour découvrir à leur manière cet épisode étonnant de l’histoire de France.

Infos pratiques

Renseignements : 06 43 51 53 02

Sur le site Tourisme28

 

 

A ne pas manquer dans l'actualite

maintenon
Le château de Maintenon rouvre ses portes