Moreno Fendero, un champion bien dans ses gants

Par eurelien.fr
//  Publié le
11-01-2021
//  Mis à jour le 11-01-2021
Temps de lecture : 9 min

A 21 ans, Moreno Fendero est déjà un sportif remarqué dans le monde de la boxe anglaise. Bien dans ses gants, le jeune Chartrain profite d’un cadre unique : le BM Boxing, une salle sur mesure qui l’accueille pour préparer son grand objectif : les Jeux Olympique de Tokyo en 2021.

Masque sur le visage mais sourire dans les yeux, Moreno Fendero nous accueille dans son nouveau temple flambant neuf. A Lucé, le BM Boxing est connu pour être un club de boxe, mais aussi le lieu d’entrainement du champion : « J’ai vraiment de la chance de pouvoir m’entraîner ici. L’idée est que je sois une sorte de « vitrine » pour le club, ça met un peu la pression, mais c’est sympa. », plaisante le boxeur. Dans cette salle de 700 mètres carrés, l’athlète a tout ce dont il a besoin pour peaufiner sa préparation : « Il travaille son physique et le cardio le matin. Le soir, il enfile les gants et on axe la séance sur la technique » explique Nabil Ouachi, son préparateur.

Musculation, cardio, ring de boxe et sacs de frappe, tout est fait pour que le champion s’épanouisse : « Moins il a à penser, plus il est concentré sur ce qu’il a à faire » plaisante son coach. Ces infrastructures à la pointe concordent bien avec les grands objectifs du sportif. A 21 ans, Moreno Fendero, originaire du Doubs, est arrivé à Chartres à 16 ans pour se forger un palmarès déjà brillant : champion de France junior et senior en moins de 75 kg, et plusieurs tournois remportés : « Je reviens de Minsk (Biélorussie) où j’ai gagné trois matches et été élu meilleur boxeur du tournoi ».

Désormais dans la cour des grands, l’ancien pensionnaire du club de la Boxe Chartraine alterne entre Chartres et Paris : « Je suis 15 jours à l’INSEP avec les autres athlètes du pôle France et 15 jours ici, chez moi, à m’entraîner avec mon préparateur. C’est assez rare pour un boxeur de pouvoir rentrer chez soi aussi souvent. C’est une chance et j’en profite pleinement ». Avec le confinement et la pandémie, le champion s’entraîne seul dans ses nouvelles infrastructures. Les clubs de sport ont fermé leurs portes une grande partie de l’année, il apprécie de pouvoir continuer à évoluer : « J’ai été un petit moment sans club et ce projet BM Boxing est vraiment parfait pour moi. Cela me permet de continuer à m’entraîner correctement pour les prochaines échéances ». Prochaine étape : un tournoi européen à Düsseldorf (Allemagne) fin décembre, et enfin les Jeux Olympiques de Tokyo à l’été 2021 : « C’est un rêve pour n’importe quel athlète de vivre et de participer aux JO. Même si c’est ma première participation, j’aimerais monter sur une des marches du podium », explique Moreno Fendero.

Le rêve des Jeux Olympiques

Une ambition que son préparateur partage : « C’est un très bon athlète. Pour faire simple, à son âge, on n’a pas d’équivalent encore en France avec un tel niveau ». Une flamme de la boxe brillera à Tokyo, l’été prochain et elle pourrait bien être française et eurélienne !

Le Département aux côtés du boxeur dans sa quête de médaille olympique

Avec en ligne de mire les Jeux Olympiques 2021 et 2024, le Conseil départemental d’Eure-et-Loir s’investit aux côtés des athlètes du territoire. Afin de promouvoir leurs performances, une enveloppe de 20 000 euros a été votée lors de la séance consacrée au budget prévisionnel 2021. Les athlètes euréliens qualifiés pour ces échéances se verront donc accompagnés financièrement par le Département dans leur quête de rêve olympique, tout comme Moreno Fendero déjà qualifié pour les JO 2021 à Tokyo : « C’est une fierté de pouvoir représenter son département et d’être soutenu en tant qu’athlète de haut niveau ». Les accompagnements financiers des athlètes euréliens seront étudiés au cas par cas afin de garantir un sponsoring précis pour la Collectivité et pour le sportif notamment en amont, dans sa préparation pour la compétition.

A ne pas manquer dans l'actualite

Avec les capteurs de CO2, les collèges respirent
Télétravail : le Département montre l’exemple
De Choisy-le-Roi à Chartres, ils ne regrettent pas leur choix